Recommander  

C’est en 1997, après un parcours de comédien qui l’a mené vers des auteurs comme Philippe Minyana, Bernard Chartreux, Valère Novarina, Bernard-Marie Koltès ou Goldoni, que Paul Desveaux fonde sa compagnie, l’héliotrope.

Dès sa seconde création au sein de la compagnie — Elle est là (précédé de L’usage de la parole) de Nathalie Sarraute en 1997—, il souhaite confronter au théâtre la chorégraphie, la musique et l’image cinématographique. C’est une manière, pour lui, de chercher de nouvelles perspectives à l’imaginaire du spectateur.

Il travaillera ainsi avec le réalisateur Santiago Otheguy sur les créations de Vraie Blonde et autres de Jack Kerouac (2002 et 2004), et sur La Tragédie du roi Richard II de William Shakespeare (2003).

Mais c’est avec la chorégraphe Yano Iatridès et le compositeur Vincent Artaud que s’établit une collaboration récurrente sur la majeure partie des créations. Et ceci depuis la mise en scène de L’éveil du printemps de Frank Wedekind en 2001.

Si son parcours témoigne d’une volonté claire de relire les classiques européens (Les Brigands de F. Schiller en 2005, L’orage d’A. Ostrovski en 2005, La cerisaie d’A. Tchekhov en 2010), il souhaite aussi travailler avec des auteurs contemporains.

C’est ainsi qu’il proposera à l’auteur Arezki Mellal d’adapter son roman pour la scène, Maintenant ils peuvent venir (2007); et qu’il commandera à Fabrice Melquiot une pièce autour du peintre Jackson Pollock et sa femme Lee Krasner, Pollock (2009).

Avec ce souci constant de la pluridisciplinarité, il tournera son premier court-métrage, Après la représentation (2006); collaborera avec une compagnie de danse au Brésil, Bale de Rua (2006); mettra en scène l’opéra de Philip Glass, Les Enfants Terribles (2007) —une commande de Pierre-François Roussillon, directeur de la Maison de la Culture de Bourges—; et mettra en espace pour l’Ensemble Intercontemporain, l’opéra Hypermusic Prologue (2009) du compositeur Hector Parra et de la scientifique Lisa Randall.

Après un premier projet en Argentine, Hasta que la muerte nos separe (Jusqu’à ce que la mort nous sépare) de Rémi De Vos, il met en scène Sallinger de Bernard-Marie Koltès au Teatro San Martin / Complejo Teatral de Buenos Aires.

A la demande de Fabrice Melquiot qui venait de prendre la direction du théâtre pour la jeunesse Amstramgram à Genève, il crée son premier spectacle jeune public Frankenstein en 2012.

Il vient de mettre en scène Pearl de Fabrice Melquiot au Volcan/Scène Nationale du Havre.